Lancer une suite numérique européenne, sécurisée et facile d’utilisation (mesure 9/12)

par | 2 août 2021

Un outil fiable, ergonomique, sécurisé et franco-européen pour la bureautique publique, personnelle ou privée.

Un outil fiable, ergonomique, sécurisé et franco-européen pour la bureautique publique, personnelle ou privée.

Il est aujourd’hui difficile de se passer des outils collaboratifs proposés par les géants américains (suite Office, Google Drive, etc.), car ils sont très largement utilisés dans les entreprises, les écoles et l’administration en général. Nous n’avons donc ni la maîtrise des données, ni celle des technologies, ni celle des infrastructures digitales. Pourtant, nous avons en France et en Europe des acteurs qui proposent des services équivalents, dont certains sont déjà open source et méritent un soutien public fort pour les rendre disponibles au plus grand nombre.

Nous devons rassembler ces acteurs nationaux et européens au sein d’un collectif chargé du développement des outils les plus utilisés, en commençant par une suite bureautique indépendante, portée par des infrastructures logicielles et physiques sécurisées afin de protéger nos données privées et nos données stratégiques.

En conservant la maîtrise de ces technologies numériques, nous aurons en outre la possibilité de concevoir des outils écologiques adaptés aux besoins de notre continent. Les fabricants de matériel numérique seront également incités à se servir de ces outils par diverses incitations fiscales. Les appels d’offres publics seront conditionnés à l’usage de ces outils. Ce sera aussi un moyen, en structurant une filière numérique digne de ce nom, d’empêcher la fuite de nos cerveaux vers la Silicon Valley par exemple.

Enfin, cet instrument sera en libre accès dans le reste du monde, promouvant l’universalisme français.

À lire également :

Créer une banque publique de l’eau (mesure 6/12)

Créer une banque publique de l’eau (mesure 6/12)

Faire de l’eau un commun. https://www.youtube.com/watch?v=0r0Ss6WmUhM En France, environ 20 % de l’eau potable est perdue durant la phase d’adduction, car notre réseau de canalisation est vétuste. Cette situation est particulièrement dramatique dans les Outre-mer où...

lire plus